mercredi 27 janvier 2016

Lunombre revient en numerique et quelques nouvelles de la dernière humaine

"La réponse est en toi. Cherche-la. Et une fois que tu la connaîtras, fais ton choix... Shaïn."

Parution de l'épisode 9 de Lunombre en fin de semaine, attendez-vous à de l'action et des révélations : de nombreux secrets et tout autant de mystères mis en suspens depuis les débuts de la série, sont dévoilés dans cet épisode. Nous vous conseillons une relecture des précédents au cas où... Même si un résumé agréable a été ajouté en début d'ouvrage, vous pourriez avoir manqué quelques petits indices.  Vous vous doutez de certaines choses évidemment, mais pas de tout... 

Petit rappel : le premier roman s'étale des épisodes 1 à 4; et le second, comptera les épisodes 5 à 9 lors de sa parution. 

Alors, le neuvième épisode clôt-il la série ? 
Eh bien, oui et non. 
Car voyez-vous, Shiven n'a pas encore atteint sa destination finale.
Et dans le cerveau de l'auteur, des images assez fascinantes s'entremêlent, des histoires de mechas, d'ailes et de...

Rien à voir avec la Dernière Humaine - ah et pour info, cette dernière explore actuellement une épave de vaisseau spatial de type colonial. Elle non plus, n'a pas fini son voyage intergalactique.   

Sur ces petites infos alléchantes, nous vous quittons - et vous souhaitons au passage, une joyeuse année 2016.

Allez, je retrempe la plume dans l'encrier.

G.N.Paradis.




 

dimanche 8 novembre 2015

Les auteurs sont-ils réduits à être des esclaves et des masochistes ? (partie 1)

Un salon de bd... (exemple de masochisme consentant)

Alignés en rang d'ognons, dépossédés de leurs oeuvres, des bdéistes signent ; de l'autre côté des rangs de fans, les vendeurs surveillent, c'est la guerre de tranchées. Ils leur envoient leurs lecteurs avec la bd, une fois le billet encaissé dans leur tirelire. Les bdésistes, tous bien trentenaires, dessinent à la chaîne, en souriant de temps à autre, comme des prisonniers appréciant leur boulette de riz.
Ils leur manquent le collier, le licou, les boulets, peut-être aussi les menottes. Leur résignation est de celle qu'ont arboré les esclaves durant des décennies. Peut-être y prennent-ils du plaisir, comme des masochistes ?

Qui sont les geôliers et où est la prison ? En tant que visiteur, je n'ai heurté aucun barreau, sauf peut-être cette fois, où on a indiqué à ma chère un chemin à suivre dans les allées. Comme si une seule voie était à suivre.
Je sens cet élan de désespérance d'hommes qui refusent d'affronter leurs bourreaux. D'artistes dignes aux paupières lourdes d'un acquis de talent et qui semblent avoir perdu l'étincelle. Cette étincelle indomptable, qui se doit de brûler au sein de tout esprit artistique.

L'art, c'est du feu, du pouvoir, de la lumière et une arme.

Ce salon de la bd ressemble à une gigantesque librairie ; en plus glauque, au moins les bons libraires reconnaissent l'existence des auteurs et leurs accordent une place au coin du feu. C'est assez représentatif du climat ambiant dans le monde de la culture ; pas seulement. Vous avez les producteurs, tout en bas, vous savez ces êtres à la base de tout qui labourent les champs et fournissent céréales, blés, légumes, viandes et à qui on jette quelques piécettes de temps en temps en guise d'amuse-gueule. Parfois, même, un heureux élu reçoit une bourse sur le coin du crâne, au point qu'elle éclate, et libère ses joyaux sous l'oeil jaloux des autres esclaves.

Pourquoi lui et pas moi ?

Ce n'est pourtant pas lui qui tient le cordon de la bourse. Pas lui qui manie la badine et le fouet. Qui fait la pluie et le beau temps au sommet de la "chaine" éditoriale. Même le terme qui qualifie le système se réfère à l'esclavage !

Et où sont passés tous les T-Shirt, les slogans, " auteurs bientôt tous à poils", ces vaillants défenseurs de leurs droits ?
J'aurais préféré croiser des types en colère, des rebelles ; le climat aurait été plus ardent, plus passionné. Peut-être y aurait-il eu un mur de caricatures hilarantes saignant leurs géoliers ?
Ah, je ne pense pas que vous ayez enfilé ces t-shirt pour revaloriser vos conditions de travail ou renforcer votre poids face aux éditeurs. Vous les avez mis à cause des lois actuelles, qui viennent amputer certains auteurs d'un mois de salaire à cause d'un pourcentage obligatoire de retraite complémentaire (la blague, combien d'auteurs ont une retraite ?! Et combien gagnent ne serait-ce qu'un mois de salaire ?). Et si les éditeurs, ceux qui vivent grâce à votre labeur, compensaient cette perte en augmentant votre pourcentage ? Y avez-vous pensé ? Je n'ai lu cette proposition nulle part ! Certains ont même confié sur le web comme des enfants punis qu'ils arrêteraient tout s'ils n'étaient pas entendus.
Un artiste ne se bat pas seulement en manifestant avec des slogans, mais en pratiquant son art et surtout pas en privant autrui. Ce genre de propos m'exaspère.

Et je ne vous jette pas le clavier en attendant la tempête, ce n'est pas seulement votre faute. Cela dure depuis plus de cinquante ans. Depuis plus de cinquante ans, on a appris aux auteurs de tout type à être esclave du business-modèle de l'éditeur, à confier à d'autres les rênes de leur destin et de leur art.
Aujourd'hui, nous en sommes là, car trop peu se sont levés de leurs putains de chaises. Nos prédécesseurs sont à 50% responsables de la mainmise des éditeurs sur la culture. Peu ont dit "sans moi, éditeurs, libraires, diffuseurs, vous n'existez pas et je veux toucher un salaire"; non, pire, certains se sont dits "sans l'éditeur, je ne suis rien, je n'existe pas." Comme si l'éditeur était un sacro-saint empereurs aux goûts plus élevés que le commun des mortels !

Il faut revaloriser nos conditions de vie et notre travail.

Quels sont ces crayons sur lesquels nos doigts tremblotent de passion au-dessus de la feuille blanche ? Que dessinons-nous ou écrivons-nous ? Des illusions ? Des produits de consommation en devenir ? Rien ? L'éditeur nous ont-il mis ces crayons dans les mains ? Lui devons-nous tout ?

C'est notre volonté qui nous a fait dessiner, écrire, créer. Et cela, nous ne le devons à personne.

mardi 6 octobre 2015

Planning dédicaces et salons fin 2015

De retour d'Octogônes, avec tous mes remerciements pour les bénévoles, et les lecteurs  et autres joueurs toujours de bonne humeur, après tout ceci, voici la liste des salons auxquels je participerai d'ici la fin de l'année :

- Salon du livre d'Attignat (vers bourg en bresse), le 11 Octobre
-Dédicaces à la médiathèque (genay) le 21 Novembre (le matin) 
- Salon du livre de  Sainte Foy-Lès-Lyon, le 22 Novembre   
- Salon du livre de Chazay d'Azergue, le 28 Novembre
-Salon du livre d'Arnas, le 29 Novembre 

Et voici la liste des livres en dédicaces :

-Vilam et Purlam les ombres des Sorcelens (en intégral ou en deux parties)
- La Danse du lys/Les Protecteurs d'Andalénia tome 1 à 3 (dont un intégral des tomes 1 et 2)
- Lunombre, le linceul assassin(regroupant les épisodes 1 à 4 de la série numérique)
- Pas d'emploi pour un nain (le Brisant),
- Collège : Tchao le pion !
-  La Dernière Humaine (roman regroupant les trois épisodes de la série numérique)

Bonne lecture et bons partages !
GNP

vendredi 10 juillet 2015

écrire c'est respirer

   Quelqu'un m'a un jour demandé la raison pour laquelle un auteur voulait à ce point être publié. Les premières réponses qui me sont venues à l'esprit, c'est : pour être lu, par désir de reconnaissance. 
  Cela peut paraître étrange, mais aujourd'hui, et après mes expériences récentes, j'ai changé d'avis : pour vivre.
  Créer des histoires, des personnages, des mondes, tout en réfléchissant à des sujets, problèmes divers et réels, c'est une expiration.
   Rencontrer du monde, partager ses oeuvres, préparer ses sorties, entretenir ses relations, écouter leurs suggestions et leurs ressentis, c'est une inspiration.
   En somme, pour de véritables auteurs, écrire, c'est respirer. Pas de respiration, pas d'existence; pas de ki, (le souffle), pas d'art. 
   Ou alors un art très en deça de ce qu'il pourrait être, à cause d'un manque d'air. 
   Ce constat subjectif peut paraître difficile à avaler. Néanmoins, si l'on publie et que l'on vit cette publication, l'inspiration est gagnante. 

Bons partages et bonnes lectures.
GNP

jeudi 23 avril 2015

De retour de Meximieux - avec deux semaines de retard, j'aimerai revenir sur ce salon du livre auquel je participe depuis mes débuts. Toujours aussi super, et même s'il est peu fréquenté, les lecteurs et lectrices qui viennent, repartent tous et toutes avec au moins un livre. J'en profite pour remercier les bénévoles passionnés qui organisent ce salon et font ce qu'ils peuvent pour attirer du monde. 
Et ce qui est bon à savoir, c'est que les salons les plus fréquentés ne sont pas forcément ceux où on vend le plus - surtout la première fois. 
Cette fois-ci, c'était un bon weekend - sous tous les rapports. ;)

Séances de dédicaces prévues (en et hors salons) sûres - Avril Mai Juin :

- Trollune (25 avril - en aprem)
- Salon du livre Saint Didier de formans (26 avril - journée)
- Vague des livres (auteurs locaux (11 et 12 Mai - prison qu'il fasse beau sur villefranche !)
- Salon du livre de Roisey (7 Juin)
 
 Bons partages et bonnes lectures.

Et l'écriture dans tout ça ?

*La réécriture de la Danse du Lys tome 4 avance à un bon rythme, ainsi que celle de Collège (tranche de vie) - parutions programmée fin d'années, avant en numérique. 

*Les prochains épisodes de Lunombre sont prévu pour cet été - je me laisse du temps pour terminer le deuxième tome, etc. (Il me reste "peu" à écrire avant la conclusion !)

* D'autres projets en cours, dont un revenant dans l'univers de "Nocturne"...

Je n'annonce rien de plus pour le moment - il va bien me falloir plusieurs mois de rédaction et de réécritures pour parvenir à mes fins. :P

GNP

ps : Ah oui, je vous invite à lire cette article (qui date un peu) et à parcourir ce site - très intéressant pour savoir ce qui se passe en coulisse du monde de l'édition et de la littérature :



"Mon histoire ne s'accorde ni à leur monde, ni à leur mode de vie; leurs vies et la mienne ne suivent pas le même chemin. J'ai un bien autre monde en tête, qui porte dans le même coeur son amère douceur et sa peine aimée, le ravissement de son coeur et la douleur de l'attente, la joie de la vie et la tristesse de la mort, la joie de la mort et la tristesse de la vie. En ce monde, laissez moi avoir mon monde, et être damné avec lui ou sauvé avec lui."

Gottfried de Strasbourg

"Quand Ils parlent d'espérances trompées,
De Tristesse et d'oubli, d'amour et de malheur,
Ce n'est pas un concert à dilater les coeurs;
leurs déclamations sont comme des épées :
Elles tracent dans l'air des cercles éblouissant;
Mais il y pend toujours quelques gouttes de sang."


Extrait de La Muse, d'Alfred Musset, tiré du recueil les Nuits de Mai